Utiliser un Data Logger : 5 Conseils pratiques

Organiser une expédition sous température dirigée est une opération complexe. La gestion des data loggers est une contrainte dont on se passerait volontiers.

Voici nos 5 conseils de base pour vous aider dans votre organisation.

1) Prévenez votre destinataire

Bien que cela semble parfaitement naturel, indiquez avant tout à votre destinataire la plage de conservation de vos produits.

N’oubliez pas l’informer que votre expédition contient un enregistreur de température.

Assurez-vous également qu’il puisse lire votre enregistreur dès sa réception et vous renvoyer rapidement les données.

Méfiez-vous des idées préconçues. N’utiliser que des enregistreurs USB en pensant qu’il s’agit d’un standard universel, lisible par tous est une erreur.

Pour des raisons de sécurité, un nombre important d’entreprises n’autorise plus l’usage de supports amovibles USB.

C’est un retour à l’envoyeur assuré et à vos frais !

Enfin, vérifiez que vous êtes parfaitement en phase sur a procédure à suivre en cas d’excursion de température et sur les responsabilités de chacun.

2) Placez votre data logger au plus près du produit

Utilisez des enregistreurs de petite taille pouvant se glisser au cœur de vos cartons. Vous éviterez ainsi un grand nombre d’excursions de température.

En effet, la plupart du temps, les variations et pics de température temporaires subies par une gélule ou un comprimé logé dans sa boite au cœur d’une palette sont lissées par les couches d’emballage successives.

Or, sans doute par facilité, un trop grand nombre d’expéditeurs place les data loggers à l’extérieur des palettes ou colis dans des pochettes plastiques autocollantes.

Ils subissent ainsi de manière immédiate et brutale les chocs de température.

Cela déclenchent invariablement des alertes d’excursion de température que votre assurance qualité devra traiter.

Si vous êtes dans le cadre d’une expédition en froid passif (Colis isotherme), attention tout de même à ne pas le placer au contact direct de la source de froid… c’est l’excursion assurée.

3) Indiquez l’emplacement du data logger

Veillez systématiquement à ce que votre enregistreur de température soit accompagné d’un autocollant de positionnement pour indiquer précisément sa localisation.

Cela facilitera sa recherche à l’arrivée.

Votre expédition peut en effet faire l’objet de co-chargements et finir noyée dans une masse d’autres palettes ou colis qu’il faut traiter.

Certains logisticiens nous ont fait la confidence que retrouver un data logger lors du déchargement d’une semi-remorque complète peut prendre jusqu’à deux jours…lorsque celui-ci est retrouvé…

La mise en quarantaine des produits durant cette période, ou pire, la réanalyse des produits par manque d’information (perte de l’enregistreur) peut s’avérer extrêmement préjudiciable.

En effet, les produits concernés peuvent déjà être en rupture de stock et attendus par les patients.

4) Etablissez une traçabilité robuste entre votre data logger et vos produits

Vous devez être en mesure d’apporter la preuve irréfutable que les données de température que vous affichez lors de votre audit correspondent bien aux produits concernés.

Vous devez donc systématiquement faire le lien entre votre enregistreur de température et le numéro de lot de vos produits.

Bien trop souvent, les expéditeurs notent manuellement les numéros de série des dataloggers sur les documents d’expédition.

Illisibles, erronés, incomplets, ils sont la source d’un grand nombre d’erreurs.

Privilégiez les systèmes entièrement numérisés (comme Sensolabo® !) qui permettent d’établir facilement un lien sécurisé entre vos produits et le data logger.

Vous n’aurez ainsi simplement qu’à scanner le code barre du colis ou de la palette que vous monitorez.

5) Vérifiez le fonctionnement de vos data loggers

Vérifiez systématiquement que vos data loggers sont en état de fonctionnement avant leur expédition.

Utilisez uniquement des data loggers munis de diodes lumineuses qui témoignent de leur mise en route.

Ayez également un regard particulier sur les dates de validité et de calibration pour vous assurer que votre enregistreur pourra assurer sa mission tout au long de votre transport.

La pile ou batterie de votre enregistreur sera moins performante si la date de validité approche.

Trop de data loggers arrivent à destination sans avoir été démarré !

De plus, comme tout objet électronique soumis parfois à des conditions extrêmes, Ils peuvent aussi faire l’objet de panne (Notamment de la pile ou batterie) ou de dégradations au cours du transport (volontaire ou non).

Aussi dans le cas d’expéditions multi-colis ou multi-palettes, utilisez systématiquement au moins deux data loggers afin de pallier le manque de données à l’arrivée.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 + 14 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.