Enregistreur température usage unique ou réutilisable

Enregistreur de température à usage unique ou réutilisable ?

C’est l’heure du choix ! Vous avez trouvé le modèle d’enregistreur de température ultra performant qui répond à votre problématique de monitoring de la chaîne du froid mais vous devez désormais choisir entre la version à usage unique ou la version réutilisable.

Aussi appelés data loggers, les deux solutions présentent des avantages et des inconvénients qu’il s’agit de bien sous-peser. Un mauvais choix entrainera inévitablement des effets sur votre budget ou votre organisation logistique et parfois même sur les deux !

Tout d’abord, même si il s’agit d’un critère important qu’il convient d’analyser en détail, vous ne devez pas mener votre réflexion en ne considérant que le critère du coût.

Critère Economique

Si les enregistreurs de température réutilisables sont généralement deux à trois plus chers que les versions à usage unique, l’erreur la plus courante est de croire qu’ils seront rentabilisés dès leurs premières utilisations.

En effet, les coûts additionnels induits par les data loggers réutilisables peuvent représenter des montants importants qui sont parfois supérieurs au coût d’un enregistreur à usage unique !

Le coût du transport retour et celui des ressources internes nécessaires au vidage des enregistrements de température et à la reprogrammation des data loggers sont parmi les plus importants. Sur ce dernier point, le temps total passé sur chaque enregistreur peut parfois dépasser les dix minutes.

Le temps et la logistique nécessaires à la gestion des stocks d’enregistreurs de température ne doivent pas non plus être négligés. Il conviendra alors de mettre en place un séquençage des retours si les volumes sont importants et le stock de sécurité adéquat pour couvrir tous vos pics d’expéditions.

De plus, il n’est pas toujours certain que vos enregistreurs réutilisables puissent résister aussi longtemps que vous l’avez prévu aux contraintes inhérentes aux transports, surtout si vous faites des expéditions internationales ou des transports frigorifiques à basse température.

Les nombreuses vibrations, chocs et chutes subis par les enregistreurs de température peuvent, par leur durée, leur répétition, et leur intensité avoir raison de n’importe quelle électronique ! Cette dégradation prématurée est bien souvent accentué et par des conditions climatiques parfois extrêmes (carboglace, basse ou haute température et humidité).

Par ailleurs, leur aspect esthétique peut lui aussi rapidement se dégrader par l’ajout d’autocollants, de mentions manuscrites au stylo indélébile ou tout simplement à cause de la saleté accumulée au fil des kilomètres parcourus.

Croyez moi, l’état de certains data loggers après seulement un ou deux voyages peut vous rebuter à le placer de nouveau au cœur de vos produits.

Critère Conformité

Version à usage unique ou réutilisable, pour un même modèle, quel que soit le type de connexion (USB, NFC, Bluetooth..) les méthodes de calibration des enregistreurs de température sont généralement similaires à la sortie de l’usine.

On admet généralement que la validité de la calibration des data loggers utilisés pour le transport est de un an. En effet, au-delà de cette période, le temps écoulé et les contraintes physiques que nous évoquions précédemment peuvent induire une dérive et un écart de la mesure de la sonde.

Dès lors, pour garantir l’exactitude de la mesure de la température, les enregistreurs réutilisables nécessitent une nouvelle calibration. Or, le temps d’immobilisation du matériel, les coûts d’acheminement aller-retour vers le laboratoire de contrôle et le cout de la calibration elle-même sont autant de contraintes qui limitent bien souvent de facto, la durée de vie réelle des enregistreurs réutilisables à un an maximum, car il est souvent moins cher d’en racheter un neuf !

Au niveau des risques de non-conformité, il est bon de rappeler que les data loggers réutilisables offrent par définition, la capacité d’une remise à zéro de l’enregistreur pouvant être réalisée de manière plus ou moins simple, avec ou sans accessoires spécifiques.

Cette capacité intrinsèque peut conduire à une perte irrémédiable des données si cette opération de reboot est réalisée par une personne non autorisée ou simplement si elle est effectuée par erreur avant d’avoir déchargé les données.

Il est ainsi primordial de prévoir au préalable à toute utilisation, la formation du personnel à l’utilisation de ces enregistreurs car la perte des données peut avoir de lourdes conséquences.

Quant à elles, les versions à usage unique protègent les données. En effet, leur écrasement par une remise à zéro du data logger n’est pas possible. Une fois la mémoire pleine, l’enregistreur s’arrête simplement d’enregistrer et les données de température peuvent être extraites à tout moment.

Enfin, il arrive souvent que la traçabilité de la mesure soit réalisée en associant le numéro d’identification unique de l’enregistreur à un numéro d’expédition, de colis ou de lot pharmaceutique. L’utilisation d’enregistreurs de température à usage unique simplifie cette traçabilité et renforce la conformité car le numéro de chaque data logger n’est répertorié qu’une seule fois, supprimant ainsi tout risque de confusion.

Critère Ecologique

Le recyclage des data loggers est un sujet de préoccupation majeur pour les fabricants comme pour les utilisateurs. Composants électroniques, plastiques, piles et batteries sont des déchets qui nécessitent un retraitement spécifique. Jeter un enregistreur de température au bout de quelques jours d’utilisation n’est pas un acte anodin pour l’environnement et il est essentiel de prendre en compte ce critère dans votre choix.

Les enregistreurs réutilisables sont incontestablement plus vertueux mais il faut faire attention, une fois encore, à bien mesurer l’impact écologique de son transport retour qui, si il s’effectue en express sur de longues distances, peut s’avérer néfaste.

Dans tous les cas, il conviendra de questionner votre fabricant sur sa politique de reprise des matériels usagés et sur le remploi possible des enregistreurs à usage unique ou non. Certaines entreprises comme Thermolabo proposent désormais des systèmes de consigne sur certains de leurs data loggers afin d’inciter leurs clients à les récupérer pour qu’ils puissent être reconditionnés.

Enfin, comme inévitablement votre enregistreur de température arrivera un jour en fin de vie, portez un regard attentif à sa capacité de déconstruction. Les plastiques utilisés sont ils recyclables ? La pile peut elle être retirée facilement ou est elle soudée sur la carte électronique ? Le désassemblage des éléments est il aisé et facilite t’il le tri des différents matériaux ?

Les progrès dans ce domaine sont importants ces dernières années et de nouvelles pistes émergent : plastiques biosourcés, biodégradables et piles à base de papier. Aujourd’hui leur coût reste un frein majeur à leur emploi mais il n’est pas interdit de rêver à moyen terme de pouvoir même composter tout ou partie de vos data loggers !

Ce sujet vous intéresse ? Vous souhaitez partager le fruit de votre réflexion sur ce sujet ? N’hésitez pas à laisser vos commentaires sur ce post !

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 + trois =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.